Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Welcome!

Hello, je suis Campanita. Juste un petit blog pour partager mes petits gribouillages ainsi que mes impressions sur le monde...

***

Vous pouvez emprunter les images de mes peintures et dessins, mais veuillez me créditer si vous le faites.


Vous cherchez un article en particulier? Par ici!


...ou par-là!

Voyons ce qui se raconte dans la jouebosphère...

Word of God

"I'm a geek. I'm a writer. I spent all of my time in my childhood obsessing about Sherlock Holmes and Doctor Who. I was alone, I was an outsider — what do you expect? I was that bullied kid at the back of the class weeping for loneliness. I don't think, generally speaking, people become writers because they were the really good, really cool, attractive kid in class. I'll be honest. This is our revenge for people who were much better looking and more popular than us. I was a bit like that, I suppose."

Steven Moffat

"De longues recherches m'ont menée à ce constat. : l'aliment théologal, c'est le chocolat. Je pourrais multiplier les preuves scientifiques, à commencer par la théobromine, qu'il est seul à contenir et dont l'étymologie est criante. Mais j'aurais un peu l'impression d'insulter le chocolat. Sa divinité me semble précéder les apologétiques. Ne suffit-il pas d'avoir en bouche du très bon chocolat non seulement pour croire en Dieu, mais aussi pour se sentir en sa présence ? Dieu, ce n'est pas le chocolat, c'est la rencontre entre le chocolat et un palais capable de l'apprécier."

Amélie Nothomb in Biographie de la faim


Carmen

« L’amourrrr est enfant de Bohème, il n’a jamais jamais connu de loi ! Si tu ne m’aimes pas je t’aime, et si je t’aime prrrend garrrde à toi ! »



J’adore Carmen. Que ça soit la nouvelle de Prosper Mérimée ou l’opéra de Georges Bizet (qui a malgré tout eu le malheur de fourrer dans le crâne de tout le monde qu’on disait « toreador » alors que c’est « torero », tiens, pour la peine) : la belle gitane andalouse au charme diabolique qui séduit le pauvre Don José et le mène à sa perte… ¡muy caliente!

Alors, voilà, je ne pouvais pas manquer cette sympathique petite bédé de Frédérique Brrémaud et Denis Goulet, qui trônait au rayon jeunesse à la fnac…Au rayon jeunesse, ça doit être à cause des dessins , que j’ai trouvés absolument pas adaptés à ce genre d’histoire. C’est joli et coloré, ça pas de problème, mais pour narrer les déboires d’un mec dont la perte est causée par une Bohémienne aguicheuse qui le mène par le bout du nez, j’aurais imaginé un style un peu plus sensuel, avec des formes arrondies et pleines, ici, elles étaient un peu anguleuses. Sinon, la couleur est parfaite et retranscrit bien l’ambiance suave de Séville, les yeux noirs et le regard de braise qu’on imagine aux Ibères…Et les décors semblent être fidèles à l’architecture andalouse.

Côté scénario, c’est le texte de Mérimée et non l’opéra qui sert de référent, donc, pas de Micaela, Escamillo s’appelle Lucas et son rôle est moindre. Là je dois dire que c’est bien adapté, l’histoire est simple, linéaire, mais complète et reprend bien l’esprit de la nouvelle, chaque réplique est bien choisie.

A lire.

Ecrit par Campanita, le Lundi 16 Janvier 2012, 17:49 dans la rubrique "Critiques 9ième art".