Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Welcome!

Hello, je suis Campanita. Juste un petit blog pour partager mes petits gribouillages ainsi que mes impressions sur le monde...

***

Vous pouvez emprunter les images de mes peintures et dessins, mais veuillez me créditer si vous le faites.


Vous cherchez un article en particulier? Par ici!


...ou par-là!

Voyons ce qui se raconte dans la jouebosphère...

Word of God

"I'm a geek. I'm a writer. I spent all of my time in my childhood obsessing about Sherlock Holmes and Doctor Who. I was alone, I was an outsider — what do you expect? I was that bullied kid at the back of the class weeping for loneliness. I don't think, generally speaking, people become writers because they were the really good, really cool, attractive kid in class. I'll be honest. This is our revenge for people who were much better looking and more popular than us. I was a bit like that, I suppose."

Steven Moffat

"De longues recherches m'ont menée à ce constat. : l'aliment théologal, c'est le chocolat. Je pourrais multiplier les preuves scientifiques, à commencer par la théobromine, qu'il est seul à contenir et dont l'étymologie est criante. Mais j'aurais un peu l'impression d'insulter le chocolat. Sa divinité me semble précéder les apologétiques. Ne suffit-il pas d'avoir en bouche du très bon chocolat non seulement pour croire en Dieu, mais aussi pour se sentir en sa présence ? Dieu, ce n'est pas le chocolat, c'est la rencontre entre le chocolat et un palais capable de l'apprécier."

Amélie Nothomb in Biographie de la faim


Doctor Who : The Wheel of Ice/ La roue de glace
--> par Stephen Baxter


On parle souvent des duos Docteur-compagnon, mais on en oublie les trios. Et pour le coup, voici un roman qui met en scène mon préféré. Si j’aime beaucoup Eleven-Amy-Rory, Twelve-Bill-Nardole, ou encore Five-Tegan-Nyssa (hein ? Adric ? Je ne vois absolument pas de qui vous parlez…), c’est sans hésitation Two-Zoe-Jamie qui remporte ma faveur, ces trois-là ayant une alchimie adorable.

Le Seigneur du Temps à coupe de Beatle, le fringant Écossais et la petite nerd se retrouvent ici dans une colonie minière en forme de roue pas loin de Saturne par le fait d’une perturbation dans le temps. Si le titre vous évoque celui de l’épisode The Wheel in Space, qui marquait justement la première apparition de Zoe, ce n’est pas anodin, puisque la jeune-fille y découvrira les prémices de ce dans quoi elle a grandi, un cadre familier mais en même temps différent. Les premiers habitants humains ont fondé une petite civilisation sur une des lunes de Saturne et luttent pour prospérer malgré les divergences avec les intérêts de l’entreprise minière. Et pour parfaire le tout, il y a quelque chose à l'intérieur de la lune qui ne devrait vraiment pas être réveillé... Quand apparaissent de mystérieux petits humanoïdes bleus, les choses se compliquent.

Le nom de Stephen Baxter me disait quelque chose, aussi me suis-je empressée d’en apprendre sur lui, mais contrairement à ce que je pensais, il n’a rien écrit d’autre pour Doctor Who. En revanche, le mec a un sacré CV comme auteur de hard-SF (même qu’à la base il est prof de maths, physique et informatique), et a même coécrit avec Arthur C. Clarck et Terry Pratchett.

Cet aspect de rigueur scientifique se ressent assez dans ce roman, tout en trouvant un compromis avec l’ambiance de la série, en particulier de la période Troughton, et le scénario est à ce titre très classique lui aussi. Bien qu’on se permette à l’occasion quelques péripéties exotiques avec des robots écossais et des cryovolcans lors d’une séance de ski sur Titan. Les personnages principaux sont très fidèles, en particuliers Jamie et Zoe, qui trouvent tous deux leurs marques dans un environnement qu’ils connaissent tout en étant dépaysés, ce qui génère un certain inconfort qui est bien retranscrit. Le premier trouve des compatriotes avec qui il développe une franche camaraderie mais subit le décalage des générations. La seconde se retrouve sur une station spatiale qui fait partie de sa propre histoire, non sans découvrir les conditions peu mirobolantes sur laquelle la civilisation avancée dont elle provient a été fondée.

La structure du roman m’a empêchée d’y entrer efficacement, les nombreux chapitres « interludes », consacrés à la genèse de tel personnage ou artéfact étant intéressants mais cassant le rythme. On regrettera également le peu de traitement accordé à certains personnages secondaires (en particulier la méchante, une énième femme d’affaires tellement obnubilée par le profit qu’elle fait un caca nerveux dès qu’on lui parle de faire preuve d’humanité, il y a aussi une militaire à la gâchette facile pas très subtile non plus), les monstres pas si renversants que ça et le fait que le potentiel de Zoe soit gâché puisque son rôle dans la résolution finale consiste essentiellement à garder un mioche.


Sommaire Whoniverse

Ecrit par Campanita, le Vendredi 18 Août 2017, 12:51 dans la rubrique "Critiques bouquins".


Commentaires :

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
22-08-17
à 17:59

Assez d'accord avec toi sur ce roman, en particulier l'aspect caricatural de la méchante vu et revu.