Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Welcome!

Hello, je suis Campanita. Juste un petit blog pour partager mes petits gribouillages ainsi que mes impressions sur le monde...

***

Vous pouvez emprunter les images de mes peintures et dessins, mais veuillez me créditer si vous le faites.


Vous cherchez un article en particulier? Par ici!


...ou par-là!

Voyons ce qui se raconte dans la jouebosphère...

Word of God

"I'm a geek. I'm a writer. I spent all of my time in my childhood obsessing about Sherlock Holmes and Doctor Who. I was alone, I was an outsider — what do you expect? I was that bullied kid at the back of the class weeping for loneliness. I don't think, generally speaking, people become writers because they were the really good, really cool, attractive kid in class. I'll be honest. This is our revenge for people who were much better looking and more popular than us. I was a bit like that, I suppose."

Steven Moffat

"De longues recherches m'ont menée à ce constat. : l'aliment théologal, c'est le chocolat. Je pourrais multiplier les preuves scientifiques, à commencer par la théobromine, qu'il est seul à contenir et dont l'étymologie est criante. Mais j'aurais un peu l'impression d'insulter le chocolat. Sa divinité me semble précéder les apologétiques. Ne suffit-il pas d'avoir en bouche du très bon chocolat non seulement pour croire en Dieu, mais aussi pour se sentir en sa présence ? Dieu, ce n'est pas le chocolat, c'est la rencontre entre le chocolat et un palais capable de l'apprécier."

Amélie Nothomb in Biographie de la faim


The Sarah Jane Adventures



Maria Jackson emménage avec son père à Ealing et est très intriguée par la maison en face de son nouveau toit, et encore plus par son occupante, Sarah Jane Smith. En effet, celle-ci semble être copine avec des bestioles lumineuses probablement originaires d’un autre monde…

Journaliste, Sarah Jane enquête sur des sujets particuliers : là où elle soupçonne la présence d’activités extra-terrestres, elle vient fourrer son nez. Par ailleurs, alors que Maria cherche à se faire des amis dans sa nouvelle ville, elle découvre que la boisson à la mode, le Bane, a des effets secondaires très inattendus…

J’ai prévu de parler (très longuement) de Doctor Who et de tout ce qui va avec. D’ailleurs, j’aurais pu commencer par un article sur cette série et non sur un de ses spin-off. Ou même, sur l'autre spin-off, Torchwood. Le fait est qu’une poignée de fans se battent pour savoir qui de Torchwood ou Doctor Who est la meilleure série. Et on a tendance à oublier The Sarah Jane Adventures, la troisième série du «Whoniverse» en terme de popularité. Je dois du coup être une des rares fans-blogueuses à commencer avec celle-là. C’est que je viens de visionner la dernière demi-saison, ceci explique cela (oui, demi, j’expliquerai ça plus bas).

Sarah Jane Smith, incarnée par la désormais feue-Elisabeth Sladen (snif) était l’un des compagnons du Docteur dans la série principale (dans les années 70). Ayant vieilli mais étant toujours aussi curieuse et vive d’esprit, Sarah Jane ne voyage plus avec lui mais s’intéresse toujours aux histoires d’aliens. Cette série relate ses aventures paranormales, où elle est accompagnée par son fils Luke et une poignée d’ados du coin.

Destinées à public jeune, les histoires sont simples et colorées, mais l’univers sympathique plaira aux gens de tous âges.


Luke Smith (Tommy Knight), le fils adoptif de Sarah Jane, a été créé par des aliens. Il est né à l’âge de 14 ans (oui, je sais, il y a un côté idiot dans cette phrase) et n’a pas de nombril. Il est doté d’une grande intelligence scientifique mais est complètement innocent à d’autres niveaux.


Maria Jackson (Yasmin Paige), gentille choupinette.


Clyde Langer (Daniel Anthony), le rigolo de la bande.


La charmante Rani Chandra (Anjili Mohindra), qui porte curieusement le même prénom qu’une vilaine Time Lady dans les Doctor Who Classic.


K-9, le chien-robot (de grâce, résistez à l’envie de dire qu’il est mal fait ou démodé, la whovian que je suis en aurait les cœurs brisés).


Et Mr Smith, un étrange ordinateur très coloré d’origine alien.

Au fil des épisodes (organisés en histoires en deux parties), cette petite équipe va vivre des aventures mystérieuses et pleines d’aliens pas toujours effrayants, mais parfois certains sortent du lot, comme The Temptation of Sarah Jane Smith, The Mad Woman in the Attic et The Nightmare Man. Goodbye Sarah Jane Smith a aussi quelque chose de flippant.

Deux autres épisodes qui devraient plaire : The Wedding of Sarah Jane Smith et The Death of the Doctor

Doctaaaaaaa!!!

Re-Doctaaaaaaa!

Notons également une apparition d’un autre personnage de Doctor Who dans la saison 2 : le Brigadier Alistair Lethbridge-Steward.

L’interprète de l’héroïne principale étant décédée, cette série n’aura jamais de suite. Il y a quatre saisons et demie. En fait, la cinquième ne comporte que les six épisodes qui ont pu être tournés avant qu’Elisabeth nous quitte. Une saison réduite mais tout de même bien organisée (il y a une introduction et une conclusion), qui introduit Sky, la «petite sœur» de Luke, qu’on n’aura hélas pas l’occasion de voir se développer. Espérons que les jeunes acteurs auront quand même un avenir dans le Whoniverse, je les aime bien.



Pour finir, le pilote fait apparaître le personnage de Kelsey, une morveuse que vous aurez juste envie de tuer, mais ne vous inquiétez pas, on ne la reverra plus passé cet épisode.

Sommaire Whoniverse
Ecrit par Campanita, le Mercredi 1 Février 2012, 16:15 dans la rubrique "Critiques séries".