Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Welcome!

Hello, je suis Campanita. Juste un petit blog pour partager mes petits gribouillages ainsi que mes impressions sur le monde...

***

Vous pouvez emprunter les images de mes peintures et dessins, mais veuillez me créditer si vous le faites.


Vous cherchez un article en particulier? Par ici!


...ou par-là!

Voyons ce qui se raconte dans la jouebosphère...

Word of God

"I'm a geek. I'm a writer. I spent all of my time in my childhood obsessing about Sherlock Holmes and Doctor Who. I was alone, I was an outsider — what do you expect? I was that bullied kid at the back of the class weeping for loneliness. I don't think, generally speaking, people become writers because they were the really good, really cool, attractive kid in class. I'll be honest. This is our revenge for people who were much better looking and more popular than us. I was a bit like that, I suppose."

Steven Moffat

"De longues recherches m'ont menée à ce constat. : l'aliment théologal, c'est le chocolat. Je pourrais multiplier les preuves scientifiques, à commencer par la théobromine, qu'il est seul à contenir et dont l'étymologie est criante. Mais j'aurais un peu l'impression d'insulter le chocolat. Sa divinité me semble précéder les apologétiques. Ne suffit-il pas d'avoir en bouche du très bon chocolat non seulement pour croire en Dieu, mais aussi pour se sentir en sa présence ? Dieu, ce n'est pas le chocolat, c'est la rencontre entre le chocolat et un palais capable de l'apprécier."

Amélie Nothomb in Biographie de la faim


Doctor Who : Colin Baker Era
--> «I’ll explain later!»

Si vous commencez à voir des taches noires et sentez que quelque chose coule sur votre visage, c’est rien, c’est juste vos yeux qui sont en train de fondre. Bienvenue sur l' article du Docteur Arc-en-ciel!

Peri Brown aura besoin de beaucoup de courage pour se faire à l’idée que le gentil Five a désormais laissé sa place à un Docteur moins sympathique, et qui, entre autres, tentera de l’étrangler lors d’une crise délirante due à sa récente régénération

On sait bien qu'être un compagnon est une situation dangereuse, mais là quand même...

Colin Baker avait déjà incarné un autre Seigneur du Temps appelé Maxil dans l’ère Davison, avant de revêtir le costume du personnage principal à son tour. Et question costume, y' en a, à dire...

Autant dire que ce Docteur n’a pas que des fans, que ça soit pour son look ou pour son caractère. Et Colin Baker est pour l’instant le seul acteur à avoir quitté le rôle après s’être fait virer. Mais il a l’air de s’en être remis.

Certes, le Docteur est un être excentrique sans aucun sens de la mode (mais bon, ça, quand on voyage dans le temps, on s’en fout) voire ayant des goûts vestimentaires douteux dans l’absolu, mais , ça l’est même à l’échelle du  personnage. Ce qui fait en partie son charme. Mais pour beaucoup, Six est celui qui a été trop loin et la meilleure définition de son accoutrement serait «clown de l’espace», avec son manteau multicolore qui pique les yeux, son pantalon à rayures jaunes et noires et son parapluie de la Gay Pride. Et si on regarde de plus près, il a aussi des pins en forme de chat. C’était les années 80 et il est possible que ce look explosif ait été choisi pour souligner l’excès d’excentricité de ces temps-.

Quoi? L'est pas beau mon manteau?

Côté personnalité, il est sauvage,  égocentrique, suffisant, et franchement tête-à-claques par moments. Si les autres Docteurs ne s’embarrassent pas de fausse modestie en ce qui concerne leur intelligence supérieure (Ten n’hésite pas à dire « Oui, je suis brillant », par exemple), Six va plus loin et affiche parfois du mépris pour toute personne dont l’esprit ne suit pas le sien (c'est-à-dire à peu près tout le monde). Et il n’arrête pas de remettre à plus tard les explications, ce qui a bien été parodié dans The Curse of Fatal Death. Ce n’est pas non plus le type le plus ouvert au débat, c’est plutôt le genre à toujours vouloir avoir raison, je dirais même qu’il est un brin troll par moments…


"This is a situation that requires tact and finesse. Fortunately, I am blessed with both."



Néanmoins, ça reste le Docteur, et quand on est un Seigneur du Temps, on change, on essaie des trucs différents. Et Six a ses fans, qui le trouvent sous-apprécié car il peut avoir un côté plus touchant et plus « doctoresque », notamment quand il s’inquiète pour ses compagnes. Et il continue à vouloir les défendre, les protéger et les sauver de tous les méchants qui passent par , tout comme il se bat contre les injustices qu’il rencontre.


Ensuite, si la série avait bel et bien commencé à s’essouffler à partir de cette époque, c’est un peu facile de tout mettre sur le dos de l’acteur principal (c'était la raison de son éviction) quand de leur côté les scénarios baissaient en qualité et que l’organisation des saisons devenait déstructurée (ce qui malheureusement se poursuivra avec Seven, débouchant sur l’annulation de la série en 89, hélas).

Mon avis sur ce Docteur:

Son principal avantage, à mon avis, c’est de nous rappeler que le Docteur n’est pas la perfection incarnée. Je n’en veux pas à Colin Baker, car après tout, il a cherché à apporter du neuf, comme ses prédécesseurs, et on ne peut pas l’en blâmer, car c’est bien l’esprit de la série. Je l'aime bien malgré tout, je ne peux pas ne pas l'aimer, puisque mince, c'est le Docteur! Puis, c'est ce côté gros bâtard arrogant qui fait son charme.

Mon avis sur les compagnons :

Notre amie Peri Brown (Nicola Bryant), continue d’être une gosse pourrie gâtée  à gros nibards, et en plus de se plaindre sans arrêt, elle passe les trois quarts de son temps à se faire kidnapper par le méchant. C’est un peu la Princesse Peach de Doctor Who.


La suivante, Melanie «Mel» Bush (Bonnie Langford), une programmatrice informatique obsédée par le fitness et la diététique, et surmontée d’une magnifique choucroute rousse et frisée, est plutôt débrouillarde, mais en plus d’avoir une voix très énervante (le genre qui vous rappelle les cassettes audio toutes pourries de vos cours d’anglais), elle se met à hurler à en décoller les papiers-peints du mur au moindre petit danger.



Mes épisodes préférés avec le sixième Docteur:

NB: La série sera en hiatus durant 18 mois après The Twin Dilemna, ce qui explique pourquoi la saison 21 ne compte que ce serial unique. A partir de la saison 22 le format passe à des serials en deux parties de 45 min. La saison 23 possède elle aussi une structure particulière: un seul serial, The Trial of a Time Lord, composé de quatre sous-aventures, divisées elles-même en deux ou quatre épisodes chacune, et portant des titres séparés.

The Twin Dilemna (s21 ép06)

Le légendaire plus mauvais épisode de Doctor Who. Pour être honnête, je n’aime que le début, mais c’est parce que j’adore les post-régénérations. Le reste, ma foi…

Attack of the Cybermen (s22 ép01)

Toujours en pleine crise d'adolescence, le Docteur est irascible et pris de lubies. Celle du jour consiste à réparer le circuit caméléon du TARDIS. Ça marche moyennement, tant mieux. Mais ça parachute le Docteur et Peri à Londres en 1985 au milieu des ordures. Après avoir confondu sa compagne avec Susan, Tegan, Zoe et Jamie, le Docteur l'emmène droit dans une nouvelle aventure où ils retrouveront les Cybermen, qui ont pris d'assaut la planète Telos depuis que la leur, Mondas, fut détruite pour protéger la Terre. Les habitantes de ladite planète, les Cryons (apparemment, une race composée uniquement de femelles), veulent se débarrasser des Cybermen, et pour cela,  elles comptent modifier l'Histoire et empêcher la destruction de Mondas, et donc à la place détruire la Terre. Chouette. Une partie du serial a lieu dans les égouts londoniens. Re-chouette.

Vengeance on Varos (s22 ép02)

La télé-réalité, caylemal!

Mark of the Rani (s22 ép03)

Aka l'épisode où Peri porte une tenue presque aussi laide que celle de Six.

L’ère de Six aura vu l’apparition d’une excellente méchante (qu’on désespère de revoir dans la nouvelle série d’ailleurs, même si ça semble mal parti, quoi que, rule 1: the Moff lies!): la Rani (rien à voir avec la petite pupuce de Sarah Jane Adventures), une Time Lady jouée par Kate O'Mara et douée pour la chimie (et son TARDIS est sympa). Surtout que dans cet épisode, il y a aussi le Maître.


Le beau duo de méchants que voilà.

The Two Doctors (s22 ép04)


Andalousie + aliens anthropophages + scénario pas trop mauvais + le deuxième Docteur et Jamie = bon épisode. Puis Six qui veut manger des chats ou des chiens, ça m’a quand même fait sourire, même si c’est très con.

Timelash (s22 ép05)

Herbert. Voilà, c'est tout. Même avant qu'on ne sache qui il est (un personnage que le Docteur se devait de rencontrer), il est excellent à jouer les touche-à-tout, ce qui énerve mirifiquement Old Sixie!


Dis-donc, toi, où t'as vu que mon TARDIS était un taxi?


Oh, à l'arrière-plan, mais c'est...

The Trial of a Time Lord

Ce long serial en 14 parties est très amusant à suivre. Malgré quelques longueurs, j'étais tenue en haleine. Il fait apparaître des personnages sympathiques, des méchants qui en valent la peine, et montre le meilleur de Colin Baker. Son problème est qu'il contient moult incohérences, que ça soit dans l'épisode en lui-même ou vis-à-vis de la série en général. Sans parler du fait que certains évènements du New Who sont en parfaite dissonance avec ce qui s'y passe. Les scénaristes de l'époque sont excusés, car ils ne pouvaient pas prédire le futur, mais pour le coup, Davies et Moffat donnent un peu l'impression d'être de mauvais élèves. J'y reviendrai plus tard, à ces fameuses incohérences, en attendant, ce fut ma saison préférée avec Dr Arc-en-ciel.

Tout débute dans un tribunal où le Docteur est conduit sous hypnose pour y être jugé. Un mystérieux personnage appelé le Valeyard (mais Six se plaira à lui attribuer des sobriquets tels que Scrapyard, Knuckeryard,...) veut le faire condamner pour avoir impunément interféré avec les affaires des autres planètes, les lois du Temps, etc. Pour accuser/défendre, les Time Lords utilisent the Matrix (apparue avec Four dans The Deadly Assassin) pour visionner les actes passés ou futurs du Docteur. Les veinards vont donc se mater quatre épisodes de Doctor Who sur grand écran:




Your Sagacity, pardonnez mon insolence, mais vous gagnez haut la main le prix du chapeau de Time Lord le plus ridicule vu dans la série depuis sa création!

The Mysterious Planet (s23 ép01)

Premier épisode: Six et Peri vont se promener sur Ravalox, une planète qui ressemble curieusement à la Terre, sauf que c'est impossible vu qu'elle se situe à quelques milliards d'années-lumière. Mais Peri maintient que si. D'ailleurs, il se révèlera vite qu'elle a raison. Mais c'est la Terre dans le futur, et la race humaine a dégénéré en deux groupes: les primitifs et leur reine guerrière Katrika adorateurs du Grand Totem convertisseur de lumière noire, et les évolués qui vivent dans les sous-terrains contrôlés par un robot...L'épisode introduit un personnage sympathique, le criminel grande gueule Sabalom Glitz.

Mindwarp (s23 ép02)

Second épisode présenté par le Valeyard pour inculper le Doc. Sur la plage d'une planète où le ciel est vert, les rochers bleus et l'eau fuchsia (ce paysage, complété par la présence de Dr Arc-en-ciel, donne l'impression d'avoir fumé un champignon de Mario), Peri et Six descendent dans une grotte et ont affaire à un loup-garou, à un roi Barbare (Baston!!!), à un scientifique givré et à deux ou trois grosses limaces (dont une aperçue dans Vengeance on Varos). A la fin, Peri meurt et le Docteur s'échappe comme un lâche. De retour au tribunal, il s'insurge, dit que the Matrix a été trafiquée, car ça ne s'est pas passé comme ça. Mais comme il n'a pas l'air de se souvenir lui-même de la vraie version, ça fait pas crédible comme défense.

Terror of the Vervoids (s23 ép03)


Les Vervoids, ça ressemble un peu à...euh, non, oubliez ça...

Le Docteur choisi le troisième épisode pour se défendre, afin de prouver qu'il va s'améliorer, il élit un épisode dans le futur. Bien entendu, il a pu visionner la vidéo avant, et pour cette raison, il saura en la regardant à nouveau que ça a été une fois de plus altéré.

Ainsi, nous faisons la connaissance de Mel, dont on ne verra jamais la rencontre avec le Docteur. Plutôt originale, cette manière d'introduire un compagnon. Mel qui oblige Six à faire du vélo d'appart et à boire du jus de carotte (carrotts...are you insane?). Croyant avoir reçu un appel à l'aide, ils se rendent sur un vaisseau et doivent résoudre un meurtre, jouer à Space Invaders, et combattre des hybrides végétaux.

The Ultimate Foe (s23 ép04)

Cette fois, Six en est sûr: le Scrapyard a traficoté the Matrix et il le crie haut et fort. Alors que personne ne veut le croire, boum badaboum crac, voilà-t-y pas que débarquent en plein milieu du procès Mel et Sabalom Glitz pour témoigner en sa faveur. Comme on se demande quand même ce qu'ils font là, re-boum badaboum crac, le Maître apparaît en Matrix-o-vision pour expliquer que c'est lui qui les a envoyés, et prouvant au passage que la Matrix peut bel et bien être trafiquée, vu que lui il est même dedans. Démasqué, le Valeyard prend la tangente. Le Docteur et Glitz le suivent, et tous trois se retrouvent dans the Matrix pour nous jouer un épisode en direct! Pendant ce temps-là, au tribunal, l'Inquisitrice, alias Your Sagacity, demande au Maître ce qu'un renégat dans son genre a à vouloir innocenter son ennemi viscéral...On apprendra au passage que le Valeyard serait en fait une version obscure du Docteur située entre ses douzième et treizième incarnations!

Bref, un long serial très prenant, mais qui soulèvent pas mal de questions:

-Le Valeyard veut la tête du Docteur...la tête de son lui du passé???

-Si c'est un Docteur post Guerre du Temps, comment peut-il intervenir dans une époque soit-disant lockée? Quoi que, certains épisodes de la nouvelle saison en cours (la septième au moment où j'écris cet article), me font dire que c'est pas tout à fait vrai qu'elle est verrouillée...Ils nous auraient menti? En fait, ça ne serait pas du tout étonnant.

-La simple existence du troisième épisode, celui avec Mel et les Vervoids, constitue en elle-même une preuve que le Docteur va gagner son procès, sinon, il ne pourrait pas vivre ces évènements futurs. Le suspens est donc complètement biaisé.

-A la fin du serial, il repart direct avec Mel qu'il n'est pas encore supposé connaître, et celle-ci a déjà vécu les évènements de Terror of the Vervoids (puisqu'elle doit témoigner à ce propos), mais lui pas. Euh???

-Je voudrais pas dire, mais aller dans the Matrix, Four l'avait déjà fait, donc, on le sait qu'effectivement c'est possible.

-Et Ten, dans The Stolen Earth, il a un trou de mémoire? Eh ouais, coco, c'est pas la première fois que quelqu'un déplace la Terre, et non, c'était pas Davros!

Ah, et Peri? Ne vous inquiétez pas, c'était pas vrai qu'elle était morte, en fait, elle s'est mariée avec Yrcanos (le roi barbare de Mindwarp) et est devenue sa reine...


Le couple le plus WTF? de la série.

En attendant Sylvester McCoy, j'espère que le début de cet article ne vous a pas fait saigner des rétines avec ses couleurs dignes du blog d'une kikoo de 12 ans.

Article précédent / suivant sur Doctor Who

Sommaire Whoniverse
Ecrit par Campanita, le Dimanche 23 Septembre 2012, 12:36 dans la rubrique "Critiques séries".


Commentaires :

  Cari
Cari
25-09-12
à 18:53

heureusement que tu n'as pas fait tout l’article en arc en ciel, parce que je te jure que si mes yeux pouvaient vomir, il le ferai . je sais pas pourquoi, je préférais la bouille du doctor à la méga longue écharpe!


  Campanita
Campanita
25-09-12
à 19:47

Re:

Oui, Tom Baker a une tête sympa (même s'il peut avoir un sourire flippant), mais Colin Baker explose les yeux des gens (nb: malgré le nom, ils n'ont aucun lien de parenté).